Wiki Krishnamurti
Advertisement

Mathieu

L'ÉTRANGE PARCOURS DE
KRISHNAMURTI

Extrait du n° 37 de la revue Info-Yoga (Avril-Mai 2002).


La vie de Krishnamurti (K.) éclaire sa pensée. Sa mise au pilori de toute autorité, sa méfiance vis à vis des guru et des institutions n’a-t-elle pas un aspect réactif?


LE destin de K. se noue vingt ans avant sa naissance, le 17 novembre 1875, alors que deux personnages singuliers, Helena Pétrovna Blavatsky et le colonel Henry Steel Olcott fondent la Société Théosophique à New York.

Helena Pétrovna Blavatsky (1831-1891) est un personnage hors du commun, elle se disait investie d'une mission divine. Beaucoup de légendes courent à son sujet: la robe du pope qui la baptisa en Russie, prit feu à un chandelier. Elle aurait vécu 7 ans au Tibet. Elle a combattu et a été blessée aux cotés de Garibaldi en 1866. Elle possédait un réel talent de spirite, fréquentant, à Paris, les amis d'Allan Kardec et elle conversait quotidiennement avec les maîtres du monde.

Le colonel Henry Steel Olcott n'est pas moins pittoresque: vétéran de la guerre de sécession, passionné par l'Orient et le bouddhisme, il offre son honorabilité au service de cette société qui annonce le retour du messie, du grand instructeur du monde, de la prochaine et imminente réincarnation du Bouddha Maitreya qui s'est déjà manifesté sous la forme de Krishna et de Jésus, selon Helena Pétrovna Blavatsky. Ce délire millénariste est à replacer dans le contexte de cette fin de XIXe siècle, marquée par un désarroi mêlé d'aspirations spirituelles naïves. Les sociétés et les sectes se mettent à pulluler. Toutes ne sont pas inoffensives, ainsi, en 1866 après l'abolition de l'esclavage et la guerre de sécession, est fondé le Klu Klux Klan, qui se prétend, lui aussi, mouvement initiatique. Le malaise occidental peut expliquer le succès considérable que va rencontrer la Société Théosophique (ST). Partout des loges se créent.

En 1882, le siège de la Société Théosophique est transférée en Inde à Adyar, banlieue sud de Madras. Pourquoi les Indes? Parce que c'est la terre de la spiritualité déclarait Helena Pétrovna Blavatsky. Mais la raison est autre. Pour conforter son autorité, la ST vient de s'associer à Dayananda Saraswati, le Luther de l'Inde, et fondateur en 1870 de l'Arya Samaj.

En 1888 sort en librairie La doctrine secrète oeuvre maîtresse d'Helena Pétrovna Blavatsky qui insiste sur l'imminence de l'arrivée du messie. Mais, elle mourra sans le connaître en 1891. En 1889, la création de la Section Esotérique de la ST a pour but de mettre en contact ses membres avec les maîtres de la grande fraternité universelle.Annie Besant, Irlandaise, ex-épouse de pasteur, succède à Helena Pétrovna Blavatsky à la tête de la ST. Contestataire, féministe, elle a eu l'audace de vouloir lutter partout contre le christianisme et chasser Dieu des cieux » ce qui lui valu, dans un royaume britannique conservateur, de se retrouver en prison et de perdre la garde de sa fille unique. Elle eut droit de cité dans les livres d'histoire indiens, non pas comme présidente de la Société Théosophique, ni comme fondatrice de l'Université Hindoue de Bénarès, mais pour son rôle de premier plan dans le mouvement indépendantiste indien. Cependant elle fut évincée par Gandhi qui la jugea trop radicale et surtout trop britannique!

En 1893, deux ans avant la naissance de K, une manifestation peu banale eut lieu à Chicago: le parlement des religions. Vivekananda, disciple de Ramakrishna déclare qu'il y a peut-être une solution au mal-être de l'Occident et que le moyen de la trouver s'appelle le Yoga.

Les théosophes sont bien sûr présents et remportent un grand succès.

Le 11 mai 1895, K voit le jour à Madanapalle au sud de l'Inde, au sein d'une famille brahmane dont il est le huitième enfant.

Trois ans plus tard, naît Nityananda son petit frère qui va avoir un rôle déterminant dans l'évolution de K.

En 1905, la mère de K meurt et celui-ci reporte alors toute son affection sur son petit frère. Puis en 1909, le père s'installe à Adyar avec ses quatre enfants survivants et occupe un poste de secrétaire bénévole en échange d'un logement. Charles Webster Leadbeater, tenu à l'écart à cause de certains scandales (il avait été suspecté de pédophilie) et Ernest Wood, l'auteur d'une des premières traductions des Yoga-Sutra de Patanjali remarquent K, âgé de 14 ans. Celui-ci propose au père de K de le prendre en charge et de lui faire faire des études. Le père accepte à condition de ne pas séparer K de son frère adoré Nitya.

Annie Besant, rencontre Krishna le 17 novembre 1909 et obtient la tutelle des deux frères.

Une grande mystification commence alors! Leadbeater écrivait: pour la religion que le Christ a fondée, il y a 2000 ans, un seul précurseur annonça sa venue. Maintenant, c'est à une société de vingt mille membres répartis dans le monde entier qu'est donné cette tache! Espérons que les résultats seront meilleurs et que nous garderons le seigneur parmi nous plus de 30 ans. »

K est publiquement désigné comme le Messie et le bodhisattwa Maitreya ou plus exactement comme le véhicule, le corps par lequel le Messie ne tarderait pas à s'exprimer. Il expliquera plus tard: je considérais comme une affaire entendue le fait que moi K étais le véhicule de l'instructeur du monde parce que tant de personnes me le disent ».

Comment les adultes, occidentaux de surcroît auraient-ils pu mentir?

D'autres enfants sont pressentis pour ce rôle de Messie dont Rajagopal, personnage ambigu, qui suivra K. jusqu'en 1968.

En 1910, K âgé de 15 ans reçoit sa première initiation théosophique. Le premier texte qui lui est attribué est Aux pieds des maîtres, cette suite de préceptes moraux sans grande originalité a été traduite en 40 langues. Un deuxième livre est publié: Le service dans l'éducation. Mais le fait que K. maîtrise encore mal l'anglais a laissé penser que ces livres n'étaient pas de lui.

En 1911 est fondé l'ordre du Soleil Levant, qui deviendra l'ordre de l'Etoile d'Orient, pour consolider la Société Théosophique face aux conflits internes qui l'agitent. Suite à des dissidences, Rudolph Steiner quitte la ST pour fonder la Société Antroposophique et déclare: Les manifestations aberrantes de la ST atteignirent leur point culminant lorsque l'on prétendit qu'un jeune garçon hindou était la personnalité en laquelle le Christ était redescendu vivre sur terre ». Une Loge dissidente Unie des théosophes est créée en 1909 aux USA et en 1928 en France. En Espagne, les théosophes indignés par l'exploitation de ce pseudo-Christ font également scission et constituent le groupe Marc Aurèle. Le père de K et de Nitya intente un procès à Annie Besant pour qu'elle lui rende ses enfants.

La guerre éclate en 1914 et Leadbeater déclare: Mourir à la guerre est une bénédiction qui aide le dessein des puissances occultes permettant aux morts de se réincarner dans les corps de la nouvelle race supérieure qui va apparaître pour servir le messie ».

Comme il est persuadé que celle-ci va voir le jour en Australie, il s'installe à Sydney.

En 1920, K échoue à ses examens d'entrée à Cambridge (ou Oxford!) puis fait une conférence très remarquée, en français et sans aucune note, à la Société Théosophique de Paris. Il perfectionne son français à la Sorbonne.

En 1922, K. écrit à une amie: Ce n'est pas agréable d'avoir une telle notoriété. Quand je sors, les gens se bousculent et me montrent du doigt. L'autre jour, quelqu'un a dit: regardez c'est le type dont parlent les journaux, le Messie, et tous ont éclaté de rire ». K. commence à ressentir des troubles physiques extrêmement douloureux qui le clouent au lit pendant trois jours. Il sort de cette crise par une expérience d'extase. Ces crises douloureuses se répétèrent assez souvent par la suite et il en parla sous le nom de processus.

Arrêtons-nous en cette année 1924, où se tient en Hollande la première réunion d'Ommen. Les éditions Grasset publient la traduction d'un livre qui deviendra l'un des plus grands succès de librairie: Siddhârta d'Hermann Hesse qui retrace le parcours initiatique d'un jeune yogi indien. Cette même année, Louise Eugénie Alexandrine réalise à 56 ans le rêve de sa vie: une parisienne arrive à Lhassa, Il s'agit, bien sûr, d'Alexandra David-Neel qui fréquente aussi les théosophes dont elle se moquera avec bienveillance dans un texte posthume publié sous le titre Le sortilège du mystère (éd. Pocket n° 2196). Une autre parisienne, Mirra Alfassa, amie d'enfance d'Alexandra, arrive à Pondicherry et devient disciple d'Aurobindo, on la nommera la Mère. Enfin Eric Satie, génial humoriste et musicien désespéré, fonde, par provocation, sa propre secte dont les statuts stipulent qu'il n'y aura qu‘un seul disciple et un seul maître, lui.

Nytia meurt le 13 novembre 1925. Sa santé déclinait depuis 1921 nécessitant des cures de repos à Ojaï Valley en Californie. Il était traité par un français, le docteur Carton, qui l'avait déclaré guéri après avoir tenté de guérir sa tuberculose par la naturopathie. K. apprend la terrible nouvelle sur le bateau qui le conduit à Colombo. Il est anéanti. Le choc est double: la perte de son frère, l'être qu'il aimait le plus et la conviction d'avoir été trompé. Quelques années auparavant il avait demandé à Annie Besant s'il était immortel ainsi que son frère et elle lui avait répondu par l'affirmative.

K. est en crise jusqu'en 1927 et il parle de se faire Sâdhu (renonçant) en Inde. Peu à peu, il découvre le doute, la seule chose qui lui faisait défaut. Malgré le trouble qui l'habite et la lente transmutation qui se joue en lui, il continue à jouer son rôle de Messie mais dans ses discours, il aborde, de plus en plus, le thème de la libération et scandalise les théosophes en remettant en question l'existence de cette fameuse grande loge composée des maîtres du monde. Les théosophes le considèrent toujours comme l'Instructeur du monde et le fait qu'il ait subi un drame ne fait que renforcer cette conviction. Ils font sculpter son buste par Antoine Bourdelle, cette sculpture figure dans le musée du même nom à Paris.

Le 3 août 1929, au camp d'Ommen, devant un auditoire de 3 000 personnes, K. déclare qu'il n'est pas le Messie. L'édifice qu'Annie Besant a mis 18 ans à construire s'écroule soudain par la puissance de quelques mots. Ce jour-là, il devient libre. Il renonce à son rôle d'homme-dieu, à tous les biens dont on l'avait entouré. Ce jour-là, il dit ce qu'il n'a cessé, depuis, de développer: « La vérité est en nous, il ne peut donc y avoir d'intermédiaire entre nous et la vérité ». Alors à quoi sert une organisation? Une organisation va élaborer une doctrine, imposer une interprétation des paroles de K., figer sa pensée, proposer un chemin vers la vérité en faisant de Krishna un gourou alors que l'essentiel est pour lui la compréhension de ce qui est.

K. devenu un homme libre et planétaire, va traverser le monde pour exprimer avec des mots simples et forts son message, parvenant d'année en année à une telle maîtrise du langage, à une telle puissance du verbe que ses discours peuvent être considérés comme de véritables méditations à voix haute.

En 1930, K écrit à une de ses amies: Parler à des gens qui ont cessé de réfléchir est très éprouvant. Certains au fond sont contre moi, mais on leur a inculqué le respect. Je les intimide tous un peu parce que je suis comme un miroir qui réfléchit surtout eux-mêmes, ce qu'ils n'aiment pas ».

Annie Besant s'éteint à l'âge de 86 ans en 1932 après avoir perdu la mémoire. La même année, on peut lire dans la revue française Le voile d'Isis: « Que représente l'enseignement de K. et que prétend-il apporter? Il serait bien difficile de le dire, en présence d'un enseignement qui n'en est pas un, qui est quelque chose de tout négatif, plus vague et plus fuyant encore que l'insaisissable philosophie de monsieur Bergson avec laquelle il a d'ailleurs quelques ressemblances par son exaltation à la vie… » l'auteur de ce jugement est René Guénon qui avait, précédemment fustigé la ST. (Théosophisme, histoire d'une pseudo-religion; éd. Traditionnelles, 1921)

Aldous Huxley, l'auteur du Meilleur des mondes, préfaça le livre Première et dernière liberté de son ami K.: « J'avais l'impression d'entendre un discours du Bouddha, un si grand pouvoir, une telle autorité innée, un tel refus de ne laisser à l'homme aucune échappatoire, aucun substitut ».

En août 1968, suite à un désaccord avec Rajagopal (il y aurait eu des problèmes dans la gestion des fondations), K. se sépare de Krishnamurti Writings Inc. et de la Foundation for New Education en fondant en Angleterre la Krishnamurti Foundation. Il repart à zéro à 72 ans. Gérard Blitz prend en main la trésorerie de la fondation.

En 1970 est publié, en France, un numéro de Planète consacré à K et en 1973 le Journal de K.

Le 5 janvier 1986, K. déclare à la fin de la conférence qu'il donne à Madras: « Ceci est ma dernière causerie ». Quatre conférences programmées à Bombay sont annulées. K. marche d'un pas vif, 3 km environ sur la plage de Madras, puis il distribue ses vêtements et prend l'avion pour la Californie où il s'éteint d'un cancer du pancréas à 90 ans.

MATHIEU.


Haut | Suiv


Advertisement